Chercher premièrement le Royaume de Dieu

CHERCHEZ PREMIEREMENT LE ROYAUME DE DIEU

Voir documents Walter Dhur et Dennys Peacocke chez Jany-Enseignements

Il nous faut bien expliquer, et notamment à nos enfants, ce qu’est le Royaume de Dieu. En effet si l’on ne devient pas « esclave » consentant de Jésus, on est « esclave » non consentant du diable. Il n’y a pas de zone neutre où l’on pourrait se tenir par un non choix. Malheureusement beaucoup dans l’Eglise croient cela, ce qui est un mensonge de l’ennemi.

Il y a des conditions pour servir dans le Royaume de Dieu, et je ne parle pas ici seulement d’un ministère à plein temps. Ces conditions, il ne faut pas se leurrer, vont demander une grande remise en cause de nos objectifs de vie, de nos finances, de nos centres d’intérêt, finalement de tout ce qui fait notre vie

Alors aujourd’hui, comment servir premièrement le Royaume de Dieu ? C’est en mettant en pratique ce que l’on trouve dans les Ecritures que l’on y arrivera. C’est bien à nous de changer nos comportements et notre manière de vivre. C’est une décision personnelle que seul nous pouvons prendre.

I) Le problème : le royaume du monde.

Que dit la Bible par rapport à ce royaume du monde ? En Genèse 3 v 1 à 6, le diable demande aux deux premiers êtres humains soit de faire confiance à Dieu, soit de croire que peut-être Dieu est mauvais. Nous voyons ici le commencement de l’humanisme dans la phrase : «vous serez comme Dieu».

En Genèse 11, l’histoire continue avec la tour de Babel. Finalement tout au long de la Bible, on voit l’histoire de l’homme qui s’éloigne de Dieu et Dieu qui «lui court derrière» car il aime l’homme intensément et cela ira jusqu’à se donner lui-même dans le sacrifice de Jésus-Christ.

A la fin du XIXème siècle, le déisme a du succès. Il prétend qu’il y a un Dieu, qu’il y a un cosmos mais que les deux sont séparés.

Aujourd’hui, le postmodernisme prétend que Dieu est mort. Mais déclarer cela c’est aussi déclarer ensuite la mort de l’homme, car l’homme sans Dieu ne peut exister. La créature n’existe que par le créateur. On retrouve la culture de la mort de l’Egypte ancienne, alors que Dieu dit «je suis le Dieu de la vie» ; et c’est pour cela que nous devons être saints, c’est-à-dire séparés de la mort parce que Dieu est le Dieu de la vie.

Une dérive chrétienne est le gnosticisme évangélique qui signifie : Dieu est esprit. Il est intéressé par notre salut mais il n’est pas impliqué dans le monde. Cette fausse doctrine se soucie de la grâce, de la foi, de l’édification des chrétiens, mais pour elle Dieu n’est absolument pas impliqué dans la science, l’économie, la justice, le travail, etc. Autrement dit, c’est la réalité de la vie spirituelle du dimanche alors que le reste de la semaine est en dehors de Dieu. Attention à ce que cette pensée néfaste ne soit pas dans notre arrière-plan de lecture de la Bible.

Les conséquences de cette pensée déformée sont :

  • Le christianisme se trouve retiré dans une forme de piété personnelle. On ne s’engage pas envers le monde car le monde est une chose mauvaise, et l’on s’enferme dans notre ghetto.
  • Puisque le Royaume de Dieu ne fait pas une différence à l’heure actuelle, notre espérance n’est pas que la croix nous amène à un changement dès maintenant, mais seulement lorsque Jésus reviendra, et alors il changera le monde.
  • A noter aussi que l’existentialisme atteint son but ultime : le chrétien évangélique se demande «qu’est-ce que je peux obtenir de Dieu» au lieu de dire «qu’est-ce que je peux donner à Dieu».
  • En retirant Dieu du monde, en sous-entendant que Dieu laisse tomber le monde, alors on en conclut que le monde est sans Dieu et que Dieu ne s’y intéresse pas. Cette pensée n’est pas conforme à la pensée biblique.

II) La réponse : le royaume de Dieu.

Le Royaume de Dieu implique d’avoir une relation juste avec Dieu. La foi est un don que nous recevons avec des mains vides et si nous recevons ce don, alors nous développerons l’amour. La foi sans l’amour n’est rien, comme nous l’explique l’apôtre Paul notamment en Romains 13 et 1 Corinthiens 13.

Satan, quant à lui, veut nous impressionner par des forteresses de pensées pour annihiler notre foi. La question est de savoir qui nous voulons écouter : Dieu ou nos pensées influencées par l’ennemi ? La confiance est le fondement de la connaissance et c’est un long cheminement pour le renouvellement de l’intelligence.

Jésus-Christ est le dernier Adam. A travers lui, le Saint-Esprit amène le Royaume de Dieu dans une nouvelle dimension. Il est proche, on peut le saisir, il est à portée de main. En Matthieu 6 v 33, Jésus dit : «cherchez premièrement le Royaume», ce qui veut dire aimer Dieu avec tout ce que nous sommes. C’est dire Dieu, tu es dans les cieux, mais j’investis ma vie afin que tu puisses venir sur la planète terre. C’est le sens de la prière du Notre Père.

En conséquence, la foi que les chrétiens doivent mettre en action veut dire la capacité de saisir la sagesse, le conseil de Dieu pour nos difficultés et, à travers cela, être apte à amener une réponse pour ces difficultés. C’est recevoir une parole, l’incarner, la mettre en application. A travers la grâce et la foi, Dieu veut vivre en nous et à travers nous. Dans notre vie chrétienne, le degré de communion avec Dieu doit devenir de plus en plus profond, au fur et à mesure de notre vie. C’est indispensable !

Jésus devrait être Seigneur dans les 5 sphères d’autorité suivantes :

  • la vie personnelle
  • la famille
  • l’église
  • le travail
  • l’état

Ces 5 sphères devraient être l’une à côté de l’autre sous l’autorité de Dieu.

La profondeur du Royaume est que, aussi loin que le péché a été, la grâce va atteindre le pécheur et le ramener. L’objectif est d’amener le visible et l’invisible sous la domination de Christ.

Il y a trois conséquences pour nous, chrétiens, concernant notre maturité :

  • Nous grandissons dans la façon dont nous gérons les choses matérielles et spirituelles et nous sommes équipés pour résoudre des problèmes de plus en plus importants.
  • Les cieux veulent envahir littéralement la terre. Aujourd’hui, le Royaume de Dieu grandit dans la proportion où nous-mêmes nous nous soumettons à Lui et laissons le Saint-Esprit nous conduire. Il y a la dimension de l’obéissance.
  • Notre responsabilité dans ce monde est issue de notre vision de ce monde. Quand nous connaissons quelque chose, nous sommes responsables. Il n’y a pas de «petites gens» dans le Royaume de Dieu et le Seigneur recherche des fils et des filles qui veulent grandir. Soyons ces fils et ces filles que Dieu recherche !

La régénération de notre pays, donc la manifestation du Royaume de Dieu, passe par la régénération de notre cœur ; car Dieu cherche toujours la relation avec le cœur de l’homme. 1 Samuel 16 v 7 nous dit : «l’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Eternel regarde au cœur». Dieu veut toucher notre cœur et la puissance de sa Parole va dans des endroits où des paroles ordinaires ne peuvent aller.

Si notre cœur est régénéré, nous allons penser, prier, agir pour les autres, pour notre entourage, notre famille, notre ville, notre pays. Une personne dont le cœur n’est pas régénéré ne sera tourné que vers elle-même.

Il est absolument nécessaire de comprendre cette régénération du cœur car Jésus est venu pour changer notre cœur. Cette régénération est un processus continuel car le mal réside dans le monde, et en nous.

Nous avons tous besoin de régénération car nous avons tous un cœur de pierre, ce qui n’a rien à voir avec notre tempérament. C’est l’œuvre du péché en nous.

Il nous faut garder notre cœur en ne laissant pas la mauvaise culture du XXIème siècle nous souiller et nous emprisonner dans son moule. C’est la culture du Royaume qui doit être celle que nous suivons.

III) Les dangers de la zone de confort

Voici deux exemples de zone de confort que les chrétiens peuvent vivre :

  • servir Dieu mais un tout petit peu
  • faire uniquement des choses habituelles.

Il y a un principe spirituel immuable : il n’y a rien dont nous ne pouvons nous emparer tout en restant dans le confort, car le confort empêche de croître.

Les serviteurs fructueux veulent sortir de cette zone de confort. Ils ont des exigences pour leur vie qui leur permettent d’avancer. Ils ne font pas des choses faciles, mais des choses nécessaires.

L’apôtre Paul dans 1 Corinthiens 9 v 24-25 explique : «ne savez-vous pas que, sur un stade, tous les concurrents courent pour gagner et, cependant, un seul remporte le prix ? Vous donc, courez pour gagner. Tous les athlètes s’imposent une discipline sévère dans tous les domaines pour recevoir une couronne, qui pourtant sera bien vite fanée, alors que nous, nous aspirons à une couronne qui ne flétrira jamais».

Nous voyons bien ici que cela implique de sortir de notre zone de confort, car ceux qui combattent s’imposent toute espèce d’abstinence.

Il ne nous faut pas non plus négliger l’entraînement. Un disciple doit s’entraîner pour être un maître dans le sujet dans lequel il évolue, pour exemple l’apôtre Paul. Le fait que Jésus nous ait sauvé n’est pas suffisant, nous voulons devenir comme Lui. Nous sommes en chemin pour être transformés à son image. La question est de savoir quel est le niveau de communion que nous voulons avoir avec Jésus.

Selon la Bible, le salut n’est pas seulement l’idée d’être avec Jésus. La signification du salut c’est que nous nous conformions à la personne du Christ.

Le premier objectif du Saint-Esprit n’est pas de nous donner des dons mais de commencer un cheminement de transformation à travers nous. Le Saint-Esprit est un vecteur de transformation.

Le Saint-Esprit est l’Esprit de Dieu, il est celui qui nous entraîne personnellement. Il est avec nous toute la journée et même quand nous dormons. Il nous parle en permanence et parfois il n’est pas très agréable.

En Jean 8 v 32, Jésus dit : «si vous vivez dans ma Parole, vous êtes mes disciples». Comment vivre dans la Parole ? Notre entraîneur, notre coach, le Saint-Esprit, nous entraîne selon la maturité de notre vie de prière et le niveau de compréhension.

Un disciple fait des exercices chaque jour. Le Saint-Esprit, notre entraîneur, va réguler notre formation journalière. Il sait quand il va s’occuper de telle ou telle question dans notre vie. Dieu veut avoir assez d’accès dans notre vie pour que nous lui fassions confiance dans cette formation.

Le projet de Dieu est : «je vous aime suffisamment pour vous former». Il y a une formation, un entraînement, et on ne peut pas devenir champion sans nous entraîner. Parfois l’entraîneur semble dur car il reprend le sportif, mais quand il y a la victoire, le champion remercie toujours en premier son entraîneur.

De toute façon, sachons que la chair va toujours chercher des excuses pour ne rien faire de plus. Il nous faut donc la contrôler.

Nous pouvons nous poser cette question : est-ce que dans ma vie il y a des zones de confort qui refusent cet entraînement par le Saint-Esprit dans notre vie ?

En conclusion, nous voyons que si notre cœur est de plus en plus tourné vers Dieu, il sera aussi plus tourné vers le Royaume de Dieu. Donc par réaction, ce monde nous attirera moins et l’on pensera moins à le réformer pour notre confort, mais plus à l’ensemencer par la Parole de Dieu.

En effet le monde regarde l’Eglise et malheureusement il peut nous voir comme des personnes n’ayant que des théories. Le monde nous dit : «montrez-moi votre mariage, votre famille, vos enfants, vos finances, etc… je n’ai rien à faire de vos versets bibliques et de vos théories».

Appliquons dans notre vie tout ce que nous venons de voir, et le monde changera !

Laissez un commentaire…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *